chapitre4-2(Quatrième Partie)

« Où est dans le ciel l'arbre dont la Lune est le fruit ?... »

Leurs regards plongeaient dans la vallée, alors qu'ils descendaient l'autre versant des monts. De là où ils étaient, ils pouvaient apercevoir, niché dans une forêt, un petit village qui semblait bien paisible. Le soleil miroitait sur les toits et des silhouettes s'activaient dans les champs aux alentours. Mais plus près d‘eux, des gorges profondes jetaient leurs racines dans un fleuve tumultueux, au-dessus duquel on avait construit un pont, fin mais haut, monté sur de minces piliers de pierre qui plongeaient dans la rivière. Des cascades cristallines venues d'affluents coulaient de la falaise en surplomb, alimentant les eaux en contrebas.

 C'est le fleuve Epydoth, l'un des quatre plus grands courants de Zyrconia et le plus au nord, expliqua Amber, fière de montrer ses connaissances. Ce pont est le seul moyen de traverser. De l'autre côté, nous pourrons atteindre le village de TurtleScale.
— Les habitants y sont accueillants à ce qu'on dit, commenta Obisidien. Il faut juste espérer que l'Empire ne soit pas passé pour y semer la mort…

Arrivés aux pieds des monts, ils descendirent de leurs lamag, pas fâchés de se dégourdir un peu les jambes sur un terrain plus plat. Le contraste entre les deux côtés des monts Lepido était frappant : ils avaient quitté un désert aride pour se retrouver dans une terre verte à l'herbe longue et vivace. Des bosquets d'arbres émergeaient ici et là, et de vastes troupeaux d'herbivores paissaient de l'autre côté du pont. Cette région semblait insoucieuse du danger qui guettait le reste du monde.

Ils arrivèrent aux abords du pont. Le bruit de l'eau plongeant de la falaise était assourdissant, et Amber se boucha les oreilles une bonne partie de la traversée. Conscients de l'indisposition de la jeune femme, Krysos et Beryl ne purent s'empêcher malgré tout de prendre le temps de jeter un œil par-dessus le bord de la passerelle ; celle-ci ne comportait pas de parapet, aussi Krysos fit-il attention à ce que son frère ne se penche pas trop. Le cours du fleuve continuait vers le sud-est et disparaissait dans les Monts Circulaires. Pris de vertige, Beryl se laissa tomber en arrière dans les bras de son frère : de là où ils se trouvaient, il devait bien y avoir une vingtaine de mètres jusqu'au fond.

La jeune barde, les mains toujours plaquées sur ses oreilles, leur cria depuis l'autre côté du pont :

Dépêchez-vous ! Je n'en peux plus, moi !

Les jumeaux se hâtèrent de rattraper leurs compagnons.

Tout va bien, Beryl a juste eu un petit vertige, informa Krysos. Mais ça va mieux maintenant.

Passés de l'autre côté, ils laissèrent un peu brouter leurs lamag, trop heureux de l'abondance de la prairie qu'ils foulaient. L'herbe était grasse et on pouvait presque entendre le vent venu des monts chanter dans ses brindilles. L'air était chargé de senteurs de fleurs, mêlées à celle de la mer, toute proche, délicatement salée.

Sans se presser, appréciant la beauté du paysage, les aventuriers se rapprochaient inexorablement de TurtleScale, le village qu'ils avaient aperçu plus tôt. Krysos distingua ce qu'il avait vu briller sur les toits au loin : ils étaient recouverts de sortes de tuiles bleu cobalt, qui renvoyaient la lumière du soleil. De loin, cela ressemblait à des écailles de poisson. Amber anticipa sa question :

Il s'appelle TurtleScale à cause des tortues qui vivent en grand nombre par ici. Les habitants utilisent les écailles de leur carapace pour leurs toits.
— Elles pondent sur les plages de l'ouest et retournent ensuite à la mer, continua Obsidien. Il paraît qu'elles servent presque d'animaux domestiques aux habitants de TurtleScale. J'en ai aperçues quelques-unes qui nageaient une fois, du haut des falaises de LazuLapi.
— Je n'ai jamais vu de tortue…, hasarda Krysos, un peu gêné d'admettre que tout était nouveau pour lui.

Les deux autres haussèrent les épaules. Beryl agrippa la manche de son frère, impatient lui aussi de voir des tortues.

http://gemminy0.wixsite.com/gemminy/lexique